19 octobre 2007

Réveil difficile

Humanité est dans la salle de bain. Il le sait juste parce qu'il a rasé le sol et qu'il a constaté que la moquette chaude et moelleuse de la chambre a laissé place à du carrelage froid et dur. Machinalement, il met du dentifrice sur sa brosse à dents et commence à décrasser ses quenottes. Humanité lève les yeux et se regarde dans la glace. Quelle horreur ! Il a une sale tête, les cheveux ébouriffés, une barbe de quatre jours, des yeux rougis par les excès de la veille. Il remarque un détail, le détail qui tue: il a boutonné son pyjama de travers.

Pour une fois, et c'est rare, il se regarde de plus près. Enfin, il regarde le bonhomme aux cheveux ébouriffés, à la barbe de quatre jours, aux yeux rougis et au pyjama mal boutonné. Non, ce n'est pas moi, ce n'est pas possible ! se dit-il. Quelle sale tronche ! Ce n'est plus là une question de cheveux, de barbe, de yeux ou de bouton. C'est l'impression générale.

On dirait Frankenstein. Il est recousu de partout, il a en fait une toute petite tête, un vilain gros sourcil qui lui donne l'impression d'être toujours bougon. Et puis il a un gros bide, énorme, plein de graisse. Il paraît qu'il a un cancer, mais il s'en fout, jusque là il s'est guéri tout seul. Et puis regardez moi ces bras ! Ils sont tout maigres ! Comment un gros bonhomme pareil peut-il avoir des bras aussi maigres ? Il se décalcifie en plus. Si ça continue, il ne va plus rester qu'un gros ballon de graisse, avec des tentacules tout rikikis, et un gros sourcil collé sur le ballon. Un cancer de la graisse. Ça existe ça?

Posté par bonneau_m à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Réveil difficile

Nouveau commentaire